1 Janvier 2018 par
En Inde, on enseigne ; " Les quatre lois de la spiritualité ". La première dit : " La personne qui arrive est la bonne personne ", c'est-à-dire personne n'entre dans notre vie par hasard, toutes les personnes autour de nous, toutes celles qui interagissent avec nous, sont là pour une raison, pour nous apprendre et progresser dans toutes les situations. La deuxième loi dit : " Ce qui s’est passé est la seule chose qui aurait pu arriver." rien, mais rien, absolument rien de ce qui s’est passé dans notre vie n’aurait pu être autrement. Même le plus petit détail. Il n'y a pas de " Si j'avais fait ce qui s’était  passé autrement ..." Non. Ce qui s'est passé était la seule chose qui aurait pu arriver, et c'est comme ça que nous apprenons la leçon et que nous allons de l'avant. Chacune des situations qui se produisent dans notre vie est l'idéal, même si notre esprit et notre ego sont réticents et non disposés à l'accepter. La troisième dit : " Le moment où c'est le moment est le bon moment :" Tout commence au bon moment, pas avant ni plus tard. Quand nous sommes prêts à commencer quelque chose de nouveau dans notre vie, c'est alors qu'il aura lieu. La quatrième et dernière : " Quand quelque chose se termine, c'est fini. " C'est ça. Si quelque chose est terminé dans notre vie, c'est pour notre évolution, donc il est préférable de le laisser, aller de l'avant et continuer désormais enrichis par l'expérience. Je pense que ce n'est pas un hasard si vous lisez ceci, si ce texte est entré dans nos vies aujourd'hui c'est parce que nous sommes prêts à comprendre qu'aucun flocon de neige ne tombe jamais au mauvais endroit ...   ❤

8 Septembre 2017 par
Fondation de France La Fondation de France appelle "à la solidarité nationale pour les Antilles". L’institution philanthropique, qui a annoncé le déblocage de 100.000 euros pour financer les premières interventions, notamment à Saint-Martin, Saint-Barthélémy et Haïti, "privilégiera les projets des associations qui aideront les familles à reconstruire leur vie - retrouver un toit et des biens d’équipement de base, reprendre une activité – et qui permettront à la communauté de reconstruire une vie sociale, associative et éducative."   Retrouvez ici la page spéciale mise en place par la Fondation de France Les personnes désireuses d’apporter leur soutien sont invitées à contacter ce numéro : 0 800 500 100 Croix-Rouge Française Evoquant des besoins "colossaux" et une "mobilisation à long terme" pour Saint-Martin et Saint-Barthélemy, le mouvement fondé par Henry Dunant dresse la liste des priorités : "Il va falloir reconstruire, distribuer eau, nourriture, abris ; gérer des hébergements d’urgence ; assurer, aussi, un soutien psychologique aux sinistrés sous le choc." Et d’ajouter, comme un cri : "Nous avons besoin de vous pour aider les victimes et les bénévoles à agir !"   Retrouvez ici la page spéciale mise en place par la Croix-Rouge  Secours populaire Comme la Fondation de France, le Secours populaire a fait savoir ce jeudi qu’il débloquait 100.000 euros pour venir en aide aux personnes sinistrées. "Le Secours populaire français appelle à la solidarité pour venir en aide aux enfants et aux familles qui ont tout perdu suite au passage des ouragans", indique l’association sur son site.    Retrouvez ici la page spéciale mise en place par le Secours populaire Télécoms Sans Frontières Censées arriver ce jeudi dans les Antilles, les équipes de Télécom Sans Frontières s’apprêtent à fournir "des équipements satellitaires permettant d'assurer une communication et une coordination efficaces auprès de la communauté humanitaire entière". Un besoin vital alors que l’ouragan a mis hors service une grande partie du réseau téléphonique fixe et d'internet.    Retrouvez ici la page dédiée aux dons pour Télécoms Sans Frontières

2 Août 2017 par
À partir d’aujourd’hui et jusqu’à la fin de l’année 2017, l’humanité vivra à crédit. L’annonce des ONG Global Footprint et WWF, sonne comme un cri d’alarme. La date du 2 août 2017 marque le jour du dépassement, et indique que nous avons consommé l’intégralité des ressources que la planète peut renouveler en un an. En 1997, il intervenait en Septembre. De nombreux facteurs sont pris en compte dans le calcul effectué par Global Footprint, comme l’empreinte carbone de l’intégralité des populations, les ressources consommées pour l’élevage, les cultures, la pêche, la construction et l’utilisation d’eau. Actuellement pour couvrir les dépenses de l’humanité sur un an, il nous faudrait 1,7 planète.   Est-il trop tard pour inverser la tendance ? Alors que les signes du réchauffement climatique sont déjà assez visibles à l’instar de la déforestation ou de la sécheresse, les deux ONG expriment tout de même un message d’espoir : "Les émissions de CO2 liées à l’énergie n’ont pas augmenté en 2016 pour la troisième année consécutive". Ceci peut s’expliquer notamment par le développement grandissant des énergies renouvelables. En décembre 2015, à la Conférence sur le climat de Paris, la communauté internationale s’est engagée à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de maîtriser le réchauffement climatique. En effet, il faut savoir que les gaz à effet de serre représentent actuellement 60% de l’empreinte écologique mondiale. "Vivre à crédit ne peut être que provisoire parce que la nature n'est pas un gisement dans lequel nous pouvons puiser indéfiniment", met en garde le WWF.   Vers un monde plus responsable avec BeResp Pour essayer de construire un monde plus respectueux et responsable, nous avons créé BeResp, un mouvement basé sur des valeurs universelles de respect, qui se matérialise aujourd’hui par le 1er réseau social d’humains responsables. Cette plateforme 100% gratuite et ouverte à tous, est disponible en version bêta, et propose de nombreux outils permettant de nous sensibiliser et d’améliorer notre comportement au quotidien. Le réseau social.beresp.com propose d’accéder à du contenu autour de nombreux thèmes comme la solidarité, l’écologie, la protection des animaux, l’économie, la technologie ou le civisme. Pour découvrir notre plateforme, demandez votre invitation sur www.beresp.com. #BeAware #BeHuman #BeResp Marine

20 Juillet 2017 par
Ce jeudi 20 juillet 2017, les états généraux de l'alimentation viennent d'être lancés, mais qu'est-ce que c'est et à quoi cela doit-il servir ? Initiative proposée par Emmanuel Macron lors de sa campagne (dont l'idée est à l'origine de Nicolas Hulot), les états généraux de l'alimentation ont été lancés par le gouvernement français et le ministre de l'agriculture, Stéphane Travert, en assurera le pilotage.    Ces états généraux se feront en 2 phases La première phase consiste à aborder les questions économiques autour de la création et de la répartition de la valeur entre les producteurs, les industriels et les acteurs de la distribution. 5 groupes de travail (composés d'agriculteurs, d'industriels, de distributeurs, de coopératives, d'associations de consommateurs et de chercheurs) travaillent ensemble pour livrer un rapport complet présentant les meilleures solutions pour l'ensemble des filiaires. Ce rapport doit être rendu fin septembre. La deuxième phase concerne les enjeux environnementaux, sanitaires et sociaux. Comme pour la première phase, 5 groupes de travail travailleront sur ces sujets entre septembre et octobre pour livrer leurs conclusions mi-novembre. Comme l'a dit Nicolas Hulot sur BFMTV-RMC, ces états généraux devront se solder par "une feuille de route qui soit un nouveau virage de ces modes de production et de consommation et qui saura réconcilier urbain et rural, et donner de la dignité et de la sécurité à nos paysans“ Un plan d'investissement de 5 milliards d'euros sera mis en place à la suite des consultations de façon à pouvoir mettre en oeuvre des mesures efficaces et durables. A suivre avec attention... Pour les plus geek d'entre nous, il est possible de suivre l'actualité des Etats Généraux de l'Alimentation sur Twitter grace au hashtag #EGalim et pour les autres, le mieux reste le site officiel du gouvernement ouvert pour l'occasion à l'adresse: https://www.egalimentation.gouv.fr/