19 Juillet 2018 par

La jungle alimentaire est telle, que le consommateur s’égare. Local, équitable, bio… Tous les labels jouent des coudes pour séduire les clients. Mais en réalité, vers quoi se tourner afin de consommer intelligemment et sainement ?

L’agriculture biologique

 

Autrefois gage de garantie, la Bio est aujourd’hui ternie par un manque d’uniformité. Le label BIO européen valide des produits cultivés avec OGM, si ceux-ci sont présents à moins de 0,9%. D’autre part, il convient de savoir que le label européen est également attribué à des produits contenant 95 % minimum de composés BIO. Ayant écrasé le label français, il a réussi à envahir les étals, laissant donc la porte ouverte aux grandes surfaces pour vendre leurs propres produits certifiés BIO.

Enfin, lorsqu’il s’agit d’une denrée bio ne provenant pas d’Europe, les règles pour obtenir le label peuvent être encore plus allégées…
 

En d’autres termes, même si le bio est plus sain qu’un produit conventionnel, il n’est pas irréprochable pour autant et coûte cher aux producteurs.

 

Les produits équitables

 

Consommer équitable permet de supporter le développement de petits producteurs, souvent à l’étranger, dans de petites exploitations familiales. Les produits accusent un surcoût volontaire, cela dans le but de soutenir les producteurs défavorisés. Dans l’idée, ce système semble très intéressant. Mais dans les faits... Certains labels n’hésitent pas à exploiter les producteurs et arnaquer le consommateur final, en prenant la plus grosse marge financière. En effet, la réalité des prix locaux et celui du produit final sur nos étals auraient déjà rendu très riches la plupart des petits producteurs…

Même s’il a toujours un impact très minime comparé à ce qu’il devrait être, le label équitable est un moyen de soutenir des petits producteurs indépendants et… De faire prospérer l’intermédiaire revendeur.

 

Manger local

 

Souvent mis en avant, le « consommer local » est très en vogue. Il est vrai qu’écologiquement parlant, cela reste intéressant, car les produits sont cultivés et vendus sur place. D’autre part, l’économie locale s’en trouve enrichie. Mais consommer chez le petit producteur du coin, mérite tout de même de se renseigner sur ses méthodes de production. En effet, de nombreuses parcelles OGM pullulent partout, y compris dans les petits villages ! La communication entre le consommateur et le producteur est donc primordiale.

Consommer local ou raisonné reste la meilleure option, si tant est que le producteur n’utilise aucun produit chimique sur ses plantations ou aucune farine animale ni médicament pour ses élevages.

 

Publié dans: Mode de vie