18 Mai 2018 par

En un siècle, la population mondiale a connu un essor considérable. D’après les statistiques, la tendance ne semble ni stagner et encore moins s’inverser. Quels sont les facteurs d’une telle croissance ? Quels en sont les conséquences et les risques ?

Des chiffres en hausse constante

En 1900, vivaient 1,5 milliard d’êtres humains sur la Terre. Cinquante ans plus tard, la population a augmenté d’un milliard, portant les Hommes à un total de 2,5 milliards. Nous sommes actuellement plus de 7,5 milliards et les prévisions annoncent qu’en 2050, nous atteindrons les 9 milliards d’âmes vivant sur la planète.  

Comment expliquer une telle croissance ?

Est-ce que les naissances sont plus nombreuses ? Il est surprenant de constater que le taux de natalité mondial n’a augmenté que jusqu’en 1965, pour amorcer une chute interminable depuis cette date. En effet, celui-ci est passé de 5,03 enfants par femme à 2,47. Aucune surprise, c’est donc aux progrès sanitaires que l’on doit une l’espérance de vie plus longue (45 ans pour un homme en 1950 contre un peu plus de 72 ans aujourd’hui), donc un taux de mortalité moins élevé.

Quelles en sont les conséquences ?

Qui dit plus de population dit aussi plus d’urbanisation. Les villes s’étendent jusqu’à abriter les trois quarts des populations des pays développés. Les espaces verts comme les forêts, les prairies se raréfient. Les champs agricoles sont rachetés par des promoteurs immobiliers. Dans les pays moins développés, cette tendance s’observe moins, mais reste malgré tout observable. La pression sur les ressources de la planète est conséquente.

La population vieillissant, des structures adaptées doivent être mises en place. De même, pour nourrir la population mondiale, les géants de l’agroalimentaire tablent sur des cultures et des élevages de masse, privilégiant la quantité que la qualité. De même, les besoins d’énergie ou d’eau sont importants et s’accroissent de manière exponentielle. D’ici 2050, la population mondiale devrait doubler. Cela étant, l’urbanisation croissante engendre aussi un besoin en eau potable énorme, que la planète risque de ne pas pouvoir supporter…

 

 

Publié dans: Mode de vie
Simon Fourticq
C'est dingue quand mème. Il va vraiment falloir nous organiser rapidement. Je trouve que les médias qu'ils soient généralistes ou spécialisés écologie/solidarité ne parlent pas de ce phénomène. Ils sont toujours très alarmistes mais ils n'intègrent que très rarement dans leurs analyses le fait que l...Plus
  • J'aime
  • Mai 20, 2018